Chronique d’une épidémie et mesures de protection

Chronique d’une épidémie et mesures de protection

Concernant nos activités de formation nous avons mis en place un protocole issu du modèle hospitalier, que nous connaissons bien par ailleurs. Cliquez ici pour lire le protocole Oze

  • L’épidémie s’est propagée rapidement en France parce que l’état et les administrations n’ont jamais été à la hauteur.
  • Nous n’avions plus que 5000 lits de réanimation, ( 28 000 en Allemagne), 20 ans de démantèlement de l’hôpital public.

Dans d’autre pays proches ou lointains, des mesures efficaces ont été mises en œuvre rapidement et avec succès.

Nos voisins allemands ont séparé les personnes porteuses du reste de la population, (tests), et ont fourni des protections individuelles, masques, aux autres personnes.

La France n’avait pas de masques, a été incapable d’en fournir aux citoyens et en a interdit la distribution aux entreprises privées.
L’état défaillant a fini par laisser la main aux entreprises privées, nous ne sommes plus en rupture, la grande distribution fournit toute la population à partir du 4 mai.

En attendant, nous avons été pris en charge de trois manières différentes suivant nos statuts

  • La fonction publique à la maison, la plupart sans rien faire, avec un salaire intégral
  • Les salariés du privé, souvent à la maison en chômage technique, ou en télétravail, avec peu de perte de salaire
  • Les travailleurs indépendants devant se débrouiller pour l’immense majorité sans revenus

De nombreuses entreprises ne vont pas survivre au confinement et en première ligne nos amis de la restauration, ils sont cautions de leurs engagements financiers et certains d’entre vont vendre leurs biens pour payer la banque.
De nombreuses entreprises vont devoir licencier en masse, hôtellerie-restauration, transports, automobile, etc…

Nous devrons autant que possible soutenir nos entreprises en achetant localement si nous voulons sauver les emplois.

Le protocole mis en place chez nous :

  • Remise et signature de protocole
  • Prise de température avec alerte chaque matin
  • Fourniture à nos clients de protections individuelles
  • 2 masques chirurgicaux par jour
  • Une visière de protection
  • Un flacon individuel de gel hydroalcoolique
  • Distances d’au moins 1,50 m entre les personnes

Pour en savoir plus, l’avis d’un expert

Un lien avec le titre suivant : « Jean Dominique MICHEL anatomie d’un désastre » : cliquez ici

Article categories
menu
menu